INV_544_001.jpg

Même les portraits qui n’existent pas, on se les représente par l’imagination, et les regrets font naître des traits qui ne nous ont pas été transmis, comme ce fut le cas avec Homère. Il n’est d’ailleurs selon moi plus grand bonheur pour un individu, que tous désirent toujours savoir quel il fut.

Quin immo etiam quae non sunt finguntur, pariuntque desideria non traditos vultus, sicut in Homero evenit. Quo maius, ut equidem arbitror, nullum est felicitatis specimen quam semper omnes scire cupere, qualis fuerit aliquis.

Pline l’Ancien,  XXXV, 9-10