INV_8783_001.jpg

Des miroirs les yeux possèdent la puissance, au point que la pupille, pourtant si petite, reflète l’image complète d’un homme. Et si la plupart des oiseaux s’attaquent avant tout aux yeux de ceux qui ont rejoint les Mânes, c’est que, reconnaissant leur image dans les pupilles des cadavres, leurs désirs les poussent vers elle comme vers quelqu’un de leurs semblables.

Adeoque his absoluta vis speculi, ut tam parva illa pupilla totam imaginem reddat hominis. ea causa est, ut pleraeque alitum e manibus hominum oculos potissimum adpetant, quod effigiem suam in iis cernentes velut ad cognita desideria sua tendunt.

Pline l’Ancien, XI, 148