INV_642_001.jpg

Dans mon lit de célibataire je guette les songes mensongers ;

tandis que me manquent les vraies jouissances, de fausses me viennent en aide.

Mais pourquoi ton image pâlissante se précipite-t-elle vers nous ?

Pourquoi, de tes lèvres, vient cette longue plainte ?

Arrachée à mon sommeil, je vénère les fantômes de la nuit.

Aucupor in lecto mendaces caelibe somnos ;

dum careo veris gaudia falsa iuvant.

Sed tua cur nobis pallens occurrit imago ?

Cur venit a labris multa querela tuis ?

Excutior somno simulacraque noctis adoro.

     Ovide, Héroïdes XIII, 107-111